Étape 5 : Limoux – Foix Prat d’Albis

Après l’étape d’hier nous avons effectué plus de 3h de route pour rejoindre notre camping de la soirée. C’est donc à 21h45 que nous nous sommes installées. Autant dire que la soirée karaoké n’était pas envisageable ! Ce matin départ tardif, à 7h15, un retard qui nous suivra toute la journée.

Après avoir affronté et “terrassé” le géant des Pyrénées, on se sent un peu indestructible… mais face à la montagne, il faut savoir rester humble et l’étape du jour, qui, sur le papier, semble moins féroce, était en fait terrible et nous l’a bien rappelé.

185 km et plus de 4 000 m de dénivelé positif

Les conditions météo sont menaçantes au départ, avec un ciel bien couvert. Nous nous lançons donc sur les routes du département de l’Aude et nous avons la surprise de retrouver Jean-Michel, un ami de Florence qui nous avait invité le premier soir à dîner, accompagné de sa femme, Sophie au premier ravitaillement, à 45 km.

La surprise est double car, outre leur présence, ils nous avaient préparé un véritable festin ! À nous les croissants !!

Les choses sérieuses commencent alors avec la première ascension, le col de Montségur, 6,8 km à 6 %, durant lesquels nous croisons l’équipe Skoda qui termine son Tour 2019.

Après une photo pour immortaliser cette rencontre, nous entamons la descente et nous effectuons plusieurs kilomètres avec le peloton de Donnons des Elles et d’Internationelles. Nous les croiserons d’ailleurs à plusieurs reprise durant la journée, ainsi que des membres du vélo club de Limoux.

3 cols de première catégorie

Le Port de Lers est la première des 3 ascensions clés de cette étape. Une montée très exigeante, surtout au départ, avec de nombreux passages à 9 et 10 %, proposant un paysage très sauvages.

Le soleil, la fatigue des premières étapes et la difficile logistique, commencent à se faire ressentir. Afin de se préserver et d’assurer la suite de l’aventure, Sindy, Stéphanie et Martine vont progressivement poser leur vélo et prendre la route dans le van conduit par Richard.

Au kilomètre 139, une pause-café s’impose car le mur de Péguère est la prochaine difficulté, et pas des moindres, avec des passages approchant les 15 %. Dans la descente c’est Ludivine qui fait les frais de la première crevaison de notre aventure. Annick décide également de ne pas repartir pour le dernier col. Martine, quant à elle, reprend la route.

Il est déjà 18h40 quand Florence, Ludivine, Martine, accompagnées de Jean-Michel, attaquent la dernière montée de 12 km menant à l’arrivée finale… qu’il faudra de plus redescendre car la route est interdite aux véhicules, tout comme la montée précédente d’ailleurs.

Fin de l’étape à 20h !

Enfin ! Nous sommes arrivées à bout de la dernière difficulté, l’heure est tardive et nous décidons de modifier notre plan de route. Il était prévu de nous rendre directement à Nîmes, avec à nouveau plus de 3 heures de route, mais finalement nous prenons la direction de Carcassonne. Ce soir ce sera un hôtel donc pas de Karaoké ! La nuit pourra être plus longue qu’à l’accoutumée car ce dimanche c’est une journée de repos !