Étape 2 : de Toulouse à Bagnères-de-Bigorre !

Les choses sérieuses commencent. Un jour avant les professionnels nous nous attaquons aux Pyrénées avec deux cols de première catégorie en plat de résistance !

L’étape du jour !

Afin d’éviter les affres de la circulation de la quatrième ville française, nous avons pris la décision de décaler notre départ à Seysses, en périphérie de la ville rose.

Avec une température agréable, comme toute la journée d’ailleurs, le départ a eu lieu à 6h30 après un petit-déjeuner “à la frontale” (le désordre apparent n’est expliqué que par cette contrainte, Rosette).

Le moment tant attendu est enfin arrivé, la route est à nous ! Sur un rythme soutenu, nous sommes accompagnées par Jean-Michel, un ami de Florence qui nous a invité hier soir à dîner. Nous avalons les premiers kilomètres tirés par notre locomotive, Martine.

De nombreux groupes de cyclistes sur le parcours

C’est un plaisir de croiser de nombreux groupes sur ces routes fléchées et disposant, quasiment toutes, de revêtements neufs.

Nous retrouvons nos amis les flècheurs du Tour de France !!

En effet, il y a de très nombreux cyclistes qui arpentent les routes de la Grande Boucle la veille. Parmi les plus médiatisés, il y a bien entendu “Donnons des Elles au vélo”, mais aussi “InternationElles”, que nous avons croisées à plusieurs reprises.

Mais il existe également de nombreux groupes ou même des solitaires qui se lancent dans l’aventure ! Impressionnant !! Nous avons ainsi effectué quelques kilomètres avec des membres d’une équipe Skoda !

Les Pyrénées !!

Et le parcours est – enfin – devenu de plus en plus vallonné… nous y sommes arrivées, les Pyrénées, majestueuses, se profilaient à l’horizon, les sommets encore recouverts de leur manteau blanc.

Aux confins des Hautes-Pyrénées et de la Haute-Garonne, c’est le fameux col de Peyresourde qui sera notre première rencontre avec les routes historiques du Tour de France. Cette année, ce sera la 48ème fois qu’il sera emprunté par les coureurs (depuis 1947).

Des paysages grandioses s’offrent à nous, les grands espaces nous tendent les bras. Chacune, à notre rythme, nous progressons sur ces routes parsemées de camping-cars installés pour l’arrivée des professionnels… nous avons le droit à des encouragements chaleureux !

Ce sentiment de liberté qui nous envahit au fur et à mesure que l’altitude s’élève est encore amplifié par le contact avec les éléments naturels. Ainsi, c’est toujours une surprise de constater que dans cette région de France, les vaches jouissent, en toute liberté, des pâturages et ont un caractère disons… sacré… nous en avons fait les frais en laissant passer un troupeau complet ! L’occasion de reprendre un peu de forces !

Premier col mythique !
L’équipe de cette première étape !

D’autant plus que l’heure avance et que nous sommes attendues à Pau au camping… les plus rapides d’entre nous aurons le temps d’effectuer la descente de la seconde difficulté de la journée, l’Hourquette d’Ancizan, culminant à 1564 m.

Lulu en pleine négociation avec le responsable du camping qui nous attend !!!

Soirée camping !!

Nous nous retrouvons toutes à Bagnères-de-Bigorre, mais il faut faire vite ! Chargement des vélos et nous reprenons la route. 1h15 plus tard nous arrivons à Pau ! Installation des tentes, une douche et direction la pizzeria du camping… avec une petite participation au karaoké en guise de dessert.

Nous vous donnons rendez-vous demain, avec un départ prévu à 9h pour un contre-la-montre de 27 km ! Merci pour vos messages, ils nous donnent des… elles 😉 !